01 Jan 2013

Marc Chambon, viticulteur de 37 ans, est heureux car il a recouvré une très bonne vue

0 Comment

“Voir enfin correctement de mes deux yeux !”

Viticulteur installé à Régnié-Durette dans le Beaujolais, Marc Chambon n’a qu’un seul souhait : encourager ceux qui portent des lunettes à s’en passer ! Récit de son expérience “Quand j’ouvrais un œil le matin pour regarder mon radio-réveil, je le voyais complètement flou. Et sur le terrain dans mes vignes, j’avais du mal à distinguer les couleurs et les détails du sol. J’évaluais mal les distances et les éléments”, explique Marc Chambon. Plutôt embêtant pour quelqu’un qui travaille la vigne tous les jours, à l’air libre et parfois à la poussière. Deux mois après, il est ravi d’être passé à l’action et de s’être fait opérer. Son problème, il ne le connaissait même pas avant de prendre rendez-vous au centre Vision Future. Son œil droit fonctionnait mal. Cela, il le savait déjà. Mais là, on lui annonce qu’il est astigmate et hypermétrope. “Bien sûr, on m’avait prescrit des lunettes mais je ne les supportais pas. Quant aux lentilles, je les ai portées quinze jours ! J’allais tous les soirs à Beaujeu pour me les faire enlever, je n’y arrivais pas et ne parvenais pas à m’y résoudre”.

Pourquoi opérer les deux yeux ?

Au départ, en bon terrien, Marc Chambon se disait qu’il se ferait opérer de son seul œil qui avait 3/10e. L’autre possédait une excellence vue selon lui, alors à quoi bon ? Finalement, le médecin lui expliqua qu’avec le temps, il y aurait un déséquilibre. Il prit donc la décision d’opérer les deux. “Ce qui m’a fait gagner 15 ans sur la presbytie !” A l’entendre, même ceux qui ne portent pas de lunettes pourraient se faire opérer…

Une opération sans peur

“En fait, je n’ai jamais douté de l’efficacité de cette opération”. Juste avant, une infirmière l’a rassuré et une fois dans la salle, il s’est installé tranquillement : “j’ai été légèrement impressionné par l’écarteur qui tient l’œil, mais à aucun moment, je n’ai eu mal. Je me souviens que l’opération a pris plus de temps sur mon œil droit, mais l’autre a été fait rapidement.” Les trois premières semaines la vision progressait petit à petit, c’est fréquent chez l’hypermétrope lui a-t-on expliqué. “Mais peu de temps après quel n’a pas été mon bonheur de voir clairement ! Enfin, j’allais pouvoir tailler mes vignes avec mes deux yeux !” Bon œil, bonne vigne !

Témoignage en PDF

[top]